1er mai, 22 mai,…. Notre force collective sera leur faiblesse !

1er mai, 22 mai,…. Notre force collective sera leur faiblesse !

Pour construire son « nouveau monde » ultra-libéral, le gouvernement Macron-Philippe cogne sans relâche sur tout ce qui peut y faire obstacle : les acquis sociaux et les services publics.

Pour cela il a besoin de faire taire tous les élans collectifs qui pourraient se fédérer ; il utilise la répression policière et judiciaire (Notre-Dame-Des-Landes, universités, aide aux migrants….) et tente en parallèle de manipuler l’opinion avec le soutien des grands groupes de médias dont il est proche et qui n’ont de cesse de minorer l’ampleur des mobilisations et d’agiter la vieille fable des « usagers pris en otage » qu’il s’agisse des trains ou des facs. L’ objectif est d’entretenir une défiance voire une hostilité de la part des usagers (voyageurs, étudiants,…) à l’égard des grèves et blocages et des syndicats qui les organisent. lire la suite

Read Article →
Édito-février 2018

Édito-février 2018

Défendre les services publics et l’égalité des chances

Quand une opération promotionnelle sur une pâte à tartiner provoque des émeutes, c’est le signe d’une société malade de ses inégalités persistantes, des mirages du consumérisme, de l’étalage provoquant de la richesse de quelques-uns quand tous les autres vivent un sentiment permanent de déclassement. Ces émeutes nous disent à quel point il est urgent de changer de modèle sociétal, urgent de partager les richesses et de renforcer les structures qui œuvrent au service de tous, pour la solidarité nationale, ce qui est la mission première des services publics. Encore faudrait-il en avoir la volonté. Le gouvernement Macron-Philippe a fait le choix exactement inverse, il prépare une société ultra-libérale faite de précarité pour la majorité et d’opulence pour quelques-uns.

la suite ici

Read Article →
ÉDITO

ÉDITO

En marche arrière…..

Marquée par l’effondrement des partis traditionnels, une abstention record plus élevée au second tour et près de 12% de votes blancs et nuls -exceptionnel sous la Vème République-, l’élection du nouveau président de la République n’est pas le résultat d’un engouement massif pour le vainqueur et son programme mais bien d’abord celui de la volonté d’empêcher le Front National de gagner.
Si cette élection n’a donc pas porté l’extrême droite au pouvoir -et c’est tant mieux-, elle n’a pas non plus, loin s’en faut, porté le progrès social à l’Elysée. (…)
lire la suite

Read Article →
retraites SFR troisième age

Motion Retraites du 30 mars

à lire : nos revendications

Read Article →
haut de la page